Workshop: mieux définir ses objectifs, la clé de la réussite

Atelier fixation d'objectifs

Vous aviez réservé les dates du prochain workshop? Bravo! Il est maintenant temps de vous inscrire à l’atelier donné par Jean-Christophe Aubry, « mieux définir ses objectifs: la clé de la réussite ».

Venez avec un objectif (perso/pro) dont vous voulez vérifier la viabilité.

Jean-Christophe vous apprendra à:

  • connaitre les différents types d’objectifs,
  • valider votre objectif selon la méthode PACCQEMIIC,
  • construire, organiser et planifier concrètement votre objectif.

Il vous fera également découvrir la visualisation mentale et comment vous pouvez l’utiliser dans la vie de tous les jours.

Voici les dates et les lieux. Attention, cette fois il faut payer à l’inscription! Le formulaire d’inscription vous fournira les liens vers les billetteries respectives des trois workshops (c’est géré à chaque fois par l’espace qui accueille le workshop).

Le format reste le même que pour le premier workshop:

  • durée d’environ 2h
  • amenez de quoi prendre des notes si vous le désirez
  • coût: 60.- CHF / 40.- CHF si vous êtes membre régulier d’un espace coworking
  • atelier limité à une vingtaine de personnes.

Ce qui change donc c’est le paiement à l’inscription (ça rend la gestion beaucoup plus simple pour ces petits ateliers!). Merci de votre compréhension🙂 (en même temps, comme ça c’est fait, et il n’y a pas besoin de se souvenir de prendre du cash le jour J).

Et comme toujours, même si vous ne pouvez pas participer à cet atelier, vous pouvez quand même utiliser le formulaire pour faire connaître vos préférences pour les prochains ateliers! (Le suivant est déjà fixé: « business model for good: créer des projets durables et importants » avec Aurore Bui ou Laura Tocmacov — à la rentrée très probablement!)

Notez déjà les dates du prochain workshop!

Le prochain workshop aura lieu mi-juin. Il sera donné par Jean-Christophe Aubry, de l’espace coworking Entrelac à Annemasse: « mieux définir ses objectifs, la clé de la réussite »:

  • venez avec un objectif (perso/pro) dont vous voulez vérifier la viabilité
  • connaître les différents types d’objectifs qui existent
  • présentation de la méthode PACCQEMIIC de fixation d’objectifs
  • des outils pour construire, organiser et planifier concrètement ses objectifs
  • exercice de visualisation mentale

Voici déjà les dates pour que vous puissiez les réserver si ce workshop vous intéresse:

  • jeudi 9 juin à Genève (18-20h, Voisins)
  • jeudi 16 juin à Lausanne (18-20h, eclau)
  • vendredi 17 juin à Annemasse (12h30-14h30, Entrelac)
Le formulaire d’inscription n’est pas encore prêt car on veut mettre en place un système de paiement automatisé à l’inscription (bien plus simple à gérer!)
Si vous voulez être prévenu directement par e-mail lors de la mise en ligne du formulaire, inscrivez-vous ici à la liste de distribution des workshops.

Workshops sur les newsletters: bien en 2016 et pas un poisson

Hier, je parle avec une personne de mon entourage qui s’est inscrite au workshop de vendredi à Genève. Elle me fait remarquer que j’ai mis 2015 au lieu de 2016 sur toutes les dates, y compris dans l’en-tête du formulaire d’inscription que je fais circuler depuis trois semaines!

Misère.

En plus, je réalise que mon annonce sur ce blog date du 1er avril… de quoi en faire douter plus d’un(e) je suppose!

Je vous confirme donc que les workshops ont bien lieu en 2016, ce jeudi (Martigny), vendredi (Genève) et lundi qui vient (Lausanne), qu’il reste de la place, et que ce n’était pas un poisson d’avril.

Si vous avez passé l’info plus loin ce serait sympa de relancer histoire de rassurer les gens sur la date!

Workshop: faire des mailings (newsletters) respectueux et efficaces

newsletterVoilà, vous pouvez vous inscrire au premier workshop du coworking romand, « faire des mailings (newsletters) respectueux et efficaces« :

  • pourquoi mettre 50 personnes en copie (cachée ou non) dans un mail… ça va pas😉
  • comprendre le double opt-in (et la loi suisse)
  • qu’est-ce que je fais avec ma collection d’adresses, du coup?
  • aweber, mailchimp, tinyletter, revue… que choisir?
  • créer un compte et se lancer

Il a lieu un peu plus tard que prévu, et je vous remercie donc de votre patience.

Le formulaire contient toutes les infos utiles, mais en très bref:

  • durée d’environ 2h
  • amenez votre ordinateur pour la partie pratique
  • coût: 60.- CHF / 40.- CHF si vous êtes membre régulier d’un espace coworking
  • atelier limité à une dizaine de personnes

Si vous ne participez pas à cet atelier, vous pouvez quand même utiliser le fameux formulaire pour voter sur les thèmes suivants! Celui de fin mai/début juin est déjà fixé, vous aurez des nouvelles bientôt.

Des workshops dans les espaces coworking romands

Certains espaces organisent déjà des rencontres, ateliers, ou événements — régulièrement ou au cas-par-cas. Un certain nombre d’espaces romands se sont associés pour lancer des workshops réguliers dans les différents espaces de la région. N’importe qui peut participer à ces workshops (membres ou pas d’un espace coworking), et nous sommes bien sûr très heureux si d’autres espaces veulent rejoindre l’équipe!

Workshop à Soft Space

Un workshop chez Soft Space à Genève.

On aimerait mettre sur pied le premier de ces workshops en mars. Le formulaire ci-dessous vous permet de donner votre avis quant au sujet de ce premier atelier. Qu’est-ce qui vous parle le plus?

Une fois le sujet choisi, on fixera les dates et les lieux, et on lancera une formule d’inscription en bonne et due forme. Si vous laissez votre adresse e-mail vous êtes sûrs de ne pas rater l’info.

Merci de votre participation, et faites passer le mot autour de vous!

Comment va l’eclau? Bien!

L’autre jour, on me demande des nouvelles de l’eclau. Parce que, c’est vrai, je ne communique pas des masses à ce sujet! Le blog a un rythme de publication très… intermittent: dernier article il y a quelques semaines, sur comment se lancer dans sa vie d’indépendant, et avant-dernier en mai, sur la question de la rentabilisation de l’espace pour un espace coworking.

Et dans ce dernier article, un indice pour ce silence: en effet, l’eclau n’est pas mon gagne-pain. Je gagne ma vie autrement. Mon but pour l’eclau, c’est qu’il fasse bon y travailler, tant côté productivité qu’ambiance, et que financièrement, je ne doive pas y injecter d’argent. (C’est arrivé que je doive le faire une ou deux fois mais c’est rare!)

Donc, tout va bien. L’eclau roule. Ouvert en 2008, on est en 2015, plusieurs coworkers y sont depuis des années, voire pas mal d’années. Et mon degré d’activité dépend beaucoup de la nécessité pour l’eclau d’être visible afin d’attirer de nouveaux membres. En ce moment, il y a un peu de place, quelques personnes étant parties vers d’autres horizons dans le courant de la dernière année. Je fais régulièrement visiter les lieux à des personnes intéressées. Comme je disais, ça roule. Ce serait bien d’avoir 1-3 membres (indépendants) de plus, mais ce n’est pas critique.

Alors mon « énergie coworking », cette année, elle a été dépensée plutôt dans les contacts avec les autres gérants d’espaces coworking de la région. Je suis peut-être un peu flemme, mais c’est vrai que comme « tout va bien », j’ai un peu levé le pied sur la communication externe au sujet de l’eclau. Il est peut-être temps de faire un petit effort!

D’où cet article🙂

Le coworking, alternative nomade au sédentarisme du traducteur

Nombreux sont les traducteurs qui travaillent à domicile. Ce mode de travail présente des avantages non négligeables: pas de temps perdu pour se rendre au bureau, pas de loyer à débourser pour un local commercial, flexibilité des horaires et, pour certains, possibilité de conjuguer plus aisément vie professionnelle et vie familiale.

Cependant, cette manière de travailler a son revers de la médaille: l’isolement. En effet, la technologie actuelle permet au traducteur d’exercer son métier sans vraiment côtoyer ses clients de visu, les demandes de traduction lui parvenant souvent par e-mail ou par téléphone. Cela vaut également pour les projets nécessitant une collaboration entre plusieurs traducteurs, ces derniers habitant rarement dans la même région. Le téléphone, l’e-mail ou Skype sont souvent le point de départ d’un travail collaboratif.

Heureusement, il existe désormais un moyen de rompre cet isolement tout en préservant la liberté qu’offre le métier de traducteur: le coworking. Ce néologisme n’a pas encore de traduction française véritablement acceptée et répandue. Néanmoins, le terme «espace de travail collaboratif» restitue assez fidèlement le concept du coworking.

Le Valais est aussi touché par le phénomène du coworking depuis l’ouverture en été 2013 de l’Espace Simplon 8 à Martigny – un espace convivial dans une grande maison proche du centre-ville. Les coworkers de Simplon 8, raccourci affectueusement utilisé par certains d’entre eux, exercent des professions variées telles qu’écrivain public, spécialiste en communication et marketing, chercheur en économie politique, spécialiste en événementiel, spécialiste en innovation, créatrice de mode et, last but not least, traducteur/traductrice.

Je fréquente assidûment l’Espace Simplon 8 depuis plus d’un an, à raison d’un ou deux jours par semaine. Non seulement je suis aussi productif que chez moi, les petites pauses-café entre coworkers n’empêchant en rien la concentration nécessaire au métier de traducteur, mais j’ai découvert des synergies insoupçonnées dans ce foyer de créativité. J’ai pu notamment assurer une prestation d’interprétariat pour un «collègue coworker» lors d’une présentation auprès d’une ONG à Genève. Et, toujours dans le cadre de Simplon 8, le bouche à oreille m’a permis d’obtenir deux mandats de traduction.

Mon expérience du coworking à Martigny est très positive et d’autres projets professionnels sont en train de voir le jour en collaboration avec l’Espace Simplon 8.

Article publié initialement sur le site de A à Z Traductions.